joomla templates top joomla templates template joomla

Parole de David

Écrit par Super Utilisateur. Publié dans Paroles de résidents

J’ai grandi en cité sur Brest et ados, comme beaucoup de jeunes, j’ai fumé du cannabis très tôt. J’ai commencé à bosser dès l’âge de 15 ans ; 11 ans en maçonnerie, puis 7 ans comme marin pécheur. Là c’était le pire, un travail très dur quasi h24, on dort très peu…

C’est un milieu où beaucoup tombent dans la drogue et ça a été mon cas. Si je fais le bilan, j’ai consommé de la coque pendant 8 ans et ensuite, je suis passé à l’héroïne pendant 1 an. Là, à cause de cette consommation j’ai tout perdu et à 30 ans j’ai dû retourner chez mes parents.

Mes parents sont chrétiens et j’ai été au contact de l’Évangile dans mon enfance. Là, j’étais à bout de cette vie de misère, de cette dépendance. C’est au travers d’un chant de Manou Bolomik que j’ai été interpelé par Dieu ; quelque chose s’est produit dans mon cœur, le besoin de me tenir devant Dieu, de Lui demander pardon pour cette vie misérable et j’ai crié à Lui pour être secouru.

À partir de là, il y a eu un changement radical dans ma vie ; j’ai été embauché dans un EPAHD, on m’a donné des colis alimentaires, j’ai eu un logement de fonction, un véhicule de fonction ; en peu de temps, je suis passé chef d’équipe ! Une pluie de bénédictions !

Et puis est arrivé le Covid. Pour nous en EPAHD, on était en situation de crise ! Le stress de travailler avec le masque, les restrictions sanitaires. Puis, plus de vie d’église, d’interactions avec les activités en dehors du travail. Seul face à moi-même, la solitude à pris le dessus, renforcée par une rupture amoureuse récente. À l’EPAHD, certains aimaient faire des barbecues, avec des apéros et doucement, j’ai glissé ; j’ai recommencé à consommer de l’alcool, à fumer puis à consommer des substances…

Le Pasteur, directeur de l’EPAHD qui me voyait couler m’a proposé une rupture conventionnelle ; je n’étais plus en état de travailler et devenais même un danger pour mon entourage à cause des armes que je possédais et dont j’usais n’importe comment ! Il m’a proposé la structure des Collines pour m’aider à reprendre le dessus et ensemble on a appelé Christian.

7 jours après une place était dispo pour moi ! Alors qu’il faut souvent attendre bien 3 mois, là, Dieu a été fidèle, il ne m’a pas abandonné et a pourvu encore une fois à mon besoin !

Donc ça fait un peu plus d’un mois que je suis là et tous les jours je remercie le Seigneur d’être là. C’est sûr, il y a des jours ou ça va et d’autres où ça ne va pas. Et là, je vais voir Christian avec qui je peux parler, on prie ensemble et le Seigneur me relève, ou bien je vais avec les gars aussi, on partage, ça fait du bien, on n’est pas tout seul, mais le fait aussi qu’on ne soit pas nombreux ça aide aussi à ces échanges.

Il y a beaucoup d’activités, ça occupe bien. Et hier, j’ai découvert le Djumbé ! J’avais besoin de me trouver une occupation personnelle pour les soirées et là, ça été comme une révélation ! J’ai découvert ici aussi le plaisir de la rando ! On est allé jusqu’au lac d’Allos dans les Hautes Alpes et j’étais tellement émerveillé par ces paysages que j’en étais euphorique et j’en ai oublié de prendre mes médicaments !

Voilà, maintenant, je vois qu’il faut que j’aille de l’avant, en laissant derrière moi tout ce qui m’a pourri la vie jusque-là ; c’est une nouvelle vie qui m’attend !